LA CROISSANCE DE L’ÉGLISE PAR LA MÉTHODE T4T

Auteur: Pierre-Alain Giffard

Ying Kai est un missionnaire évangélique sino-américain qui accepta l’appel d’annoncer l’Évangile aux milliards de personnes en Asie qui ne connaissent pas le Christ. Sachant qu’il ne pouvait pas se servir des approches traditionnelles d’évangélisation pour rejoindre tant de monde, il mit au point la méthode T4T. Celle-ci vise à faire de chaque croyant un évangélisateur capable d’engendrer des disciples qui en engendrent d’autres[1]. Depuis sa création, et en l’espace de 10 ans, elle amena la création de 150 000 petits groupes de nouveaux convertis (églises de maison) et le baptême de 1.7 million de personnes[2].

Cette méthode commence par une série de rencontres, étendue sur une période d’environ 9 à 18 mois. Elle débute en formant des chrétiens à témoigner de leur foi et de leur conversion auprès des non-croyants. Les non-croyants, qui accueillent Jésus comme leur Sauveur et Seigneur (2Pi 3:18) sont à leur tour instruits par l’évangélisateur pour 1) témoigner eux-mêmes de leur foi (ou de leur conversion) dans leur milieu de vie; 2) annoncer la Bonne Nouvelle et; 3) former eux-mêmes les personnes qu’ils auront gagnées au Christ afin qu’elles deviennent à leur tour des formateurs de formateurs[3]. Cette méthode est conçue pour se transmettre de génération en génération, de nouveaux convertis en nouveaux convertis, de petits groupes en petits groupes.

Selon Steve Smith, l’auteur du livre T4T: A Discipleship Re-Revolution (Une Re-Révolution pour la formation des disciples), il s’agit d’un retour à la formation des disciples dans les premiers temps de l’Église. Ce processus d’évangélisation déclenche la multiplication des nouveaux groupes de convertis qui deviennent à leur tour des facteurs de multiplication.

La méthode T4T fait appel à l’obéissance des croyants vis-à-vis de la Parole de Dieu. Les croyants sont d’abord invités à dire « oui » à l’appel de devenir des pêcheurs d’hommes et les personnes évangélisées sont ensuite appelées à dire des « oui » successifs : « oui » pour accueillir Jésus comme Sauveur et Seigneur (l’acte de foi), « oui » au baptême, « oui » à l’évangélisation des non-croyants, « oui » à la formation de petits groupes de convertis avec les personnes évangélisées et « oui » à la formation des membres des nouveaux groupes afin qu’ils reproduisent eux-mêmes ce processus de multiplication[4].

L'idée de base est que tout chrétien est appelé à suivre Jésus et agir comme lui… Jésus ayant accompli la volonté de Dieu en appelant et en formant des disciples appelés eux-mêmes à en former d’autres[5] (Mat 28:19-20).

Dans la méthode T4T, la personne évangélisée est tout de suite interpelée à devenir missionnaire en témoignant de sa conversion (ou de sa foi) aux personnes qu’elle connaît et en démarrant un nouveau groupe avec les personnes évangélisées. Il les formera ensuite à faire ce qu’il fait lui-même : évangéliser, rassembler et diriger un petit groupe, former à évangéliser, à rassembler et à diriger un petit groupe.

Les réponses à 3 questions servent de base à la formation des nouveaux convertis[6] : « Pourquoi? Qui? Comment? »

Pourquoi ? : Pourquoi évangéliser ?

Il est dit aux nouveaux convertis que chaque croyant est fondamentalement appelé à être membre d’une église ET à transmettre la foi qu’il a reçue.

Qui ? : Qui évangéliser ?

En petit groupe[7], les nouveaux convertis sont invités à faire la liste des personnes de leur « oikos » (les membres de leur famille, leurs amis, leurs voisins, leurs collègues de travail, les personnes qu’ils côtoient régulièrement et les personnes sur qui ils ont une certaine influence). Une fois la liste composée, ils prient afin de savoir vers qui aller en premier : cinq noms de la liste sont alors retenus. Les membres prient à nouveau pour ces cinq personnes afin que le Père céleste les attire à Jésus, afin que l’Esprit les « travaille » (Jn 16:8-9) et afin qu’ils puissent donner leur témoignage et annoncer la Bonne Nouvelle avec assurance. Notons qu’il ne s’agit pas de limiter le témoignage et l’annonce aux cinq personnes de la liste.

Comment ? : Comment donner son témoignage et annoncer la Bonne Nouvelle?

La troisième étape est d’aider les membres du groupe à formuler leur témoignage et à annoncer la Bonne Nouvelle. Ceci se fait en deux temps : mettre à la fois son témoignage et l’annonce du kérygme par écrit, et s’exercer à les partager.

Un témoignage peut être soit celui de sa conversion : 1) ma vie avant de connaître Jésus; 2) comment j’ai connu Jésus; 3) ma vie depuis que j’ai connu Jésus, soit celui de l’intervention de Dieu dans sa vie pour résoudre un problème particulier : 1) le problème; 2) comment Dieu a changé le problème; 3.) ma victoire sur le problème (libération de l’alcoolisme, de la colère, de la rancune, etc.).

Au niveau du kérygme, il existe différentes façons de présenter la Bonne Nouvelle. Il s’agit d’en choisir une qui soit le plus adaptée à son contexte et avec laquelle on est à l’aise afin qu’elle mène la personne évangélisée à faire un acte de foi (accueillir Jésus comme Sauveur et Seigneur).

Après s’être exercé à donner leur témoignage et à annoncer la Bonne Nouvelle, les membres prient pour le besoin des uns et des autres (Luc 10:9). Ils sont ensuite envoyés pour évangéliser dans leur oïkos, former leur propre groupe[8] et se servir des leçons qu’ils ont reçues avec les personnes qu’elles ont rassemblées.

Cette formation, à partir des trois questions (Pourquoi ? Qui ? Comment ?) est la première d’une série qui se donne dans un petit groupe[9]. Les rencontres qui suivent ont lieu toutes les deux semaines ou aux deux semaines. Elles contiennent en général 7 parties[10] :

  1. Le soin pastoral
  2. La louange
  3. Le suivi
  4. La projection de la vision
  5. L’étude biblique
  6. La pratique
  7. Les objectifs et la prière

Les quatre parties les plus importantes, celles qui ne sont pas à enlever sont : le suivi, la vision, la pratique, les objectifs et la prière[11]. Lorsque les rencontres sont animées selon ces différentes parties, il n’y a pas de carence de nouveaux évangélisateurs qui formeront des groupes avec des nouveaux convertis et dont les membres formeront à leur tour leurs propres groupes en vue d’une multiplication continue.

Une série de 6 à 10 rencontres suivent la première formation. Elle contient des leçons sur les fondements de la vie chrétienne : l’assurance du salut, la vie de prière, le baptême, la Parole de Dieu, la confession des péchés, l’Église, l’appel à la sainteté, etc.[12].

Dans la partie du soin pastoral, la personne qui a constitué le groupe demande simplement aux membres comment ils vont et elle se met à leur écoute. Dans la partie de la louange, les participants glorifient Dieu et font des prières d’action de grâce. Dans la partie du suivi, il est demandé aux membres comment ils ont mis en pratique la leçon précédente et ce qu’ils ont fait pour évangéliser. Dans la partie de l’étude biblique, les membres sont nourris et guidés par la Parole de Dieu sur un sujet donné. Dans la partie pratique, les membres s’exercent à transmettre la leçon qu’ils viennent d’apprendre et se fixent des objectifs : Quelles personnes évangéliser? Qui former ? Enfin avant de se quitter, les membres prient 1) les uns pour les autres et 2) pour demander à Dieu de leur inspirer qui former et qui évangéliser.

À chaque rencontre, les membres sont donc formés afin de communiquer ce qu’ils ont reçu aux membres de leur propre groupe. Il y a toujours un temps de pratique durant lequel ils s’exercent à donner la leçon qu’ils viennent de recevoir. Conséquemment, les leçons doivent être particulièrement simples et transmissibles. Après la première série de leçons, la formation a une visée a plus long terme : l’approfondissement da la foi.

Le but ultime de ceux qui en arrivent à former des nouveaux groupes de convertis est celui de former des formateurs. Les membres des nouveaux groupes seront appelés non seulement à témoigner, non seulement à créer leurs propres groupes, ni même de former les personnes de leurs groupes à témoigner et à constituer d’autres groupes; pour que des petites communautés de croyants se multiplient, pour que naisse un mouvement d’implantation d’Églises de maison, le formateur doit se rappeler que son but est de former des formateurs et de concentrer ses énergies sur les personnes de son groupe qui répondront le mieux à cet appel (en moyenne 20% des membres deviennent des formateurs de formateurs) [13].

Steve Smith encourage les formateurs à libérer le plus de temps possible dans leur semaine afin de former le plus de groupes possible. Une formation dure deux heures. En libérant 2 heures pas semaine, il est possible d’animer au moins deux groupes aux quinze jours. Plus les formateurs formeront de groupes, plus une croissance de type exponentielle aura la chance de se réaliser.

La méthode d’évangélisation T4T est donc différente de la méthode utilisée traditionnellement dans les petits groupes[14]. Dans les cellules d’évangélisation (ou les petits groupes d’évangélisation) classiques, les membres amènent les personnes évangélisées dans leur propre groupe jusqu’à ce que le groupe soit assez grand pour se diviser (ou multiplier) en deux. Le principe est de croître puis de se multiplier.

Avec la méthode T4T, la croissance du groupe d’origine n’est pas recherchée avant de se multiplier. Les membres des groupes T4T n’amènent pas les personnes évangélisées dans leur propre groupe. Plutôt, ils forment un nouveau groupe avec les personnes qu’ils évangélisent. Là, celles-ci sont formées pour répéter le processus d’évangélisation et de création de nouveaux groupes (les membres sont formés pour évangéliser, rassembler et former un nouveau groupe dans lequel les membres sont formés à évangéliser, rassembler et former un nouveau groupe, etc.). Le processus se reproduit indéfiniment permettant une croissance exponentielle. Avec le temps, les groupes formés peuvent devenir de véritables Églises de type paroissial alors que d’autres restent des petits groupes reliés à une Église existante.

Dans la méthode T4T, chaque nouveau croyant est donc vu comme un groupe potentiel. Si tous les nouveaux convertis ne démarrent pas un nouveau groupe, tous sont formés et encouragés à le faire. Ceux qui démarrent des groupes projettent continuellement la vision que Dieu peut faire naître une réaction en chaîne de croissance à travers chaque membre. Le but pour un évangélisateur est d’en arriver à engendrer plus de quatre générations successives de formateurs et de groupes (ou d’églises de maison)[15]. Pour y arriver, il lui est en général nécessaire de rester avec son groupe de 9 à 18 mois[16].

La multiplication de petits groupes (ou d’églises de maison) commence donc par une 1ère étape : la projection d’une vision mobilise un plus grand nombre de chrétiens possible à s’engager dans l’évangélisation et la croissance de l’Église. Durant une 2e étape, les chrétiens mobilisés sont aidés à repérer les personnes qu’ils peuvent évangéliser. La 3e étape est celle de l’évangélisation (l’annonce missionnaire) proprement dite. La 4e étape est celle où les membres sont instruits pour former des nouveaux groupes. Enfin, la 5e et dernière étape est celle où les membres sont instruits pour former les personnes de leurs propres groupes à reproduire le processus de multiplication. Toutefois, la projection de la vision n‘est pas un évènement ponctuel qui ne se produirait qu’au début du processus. Comme nous l’avons vu dans les différentes parties qui composent une rencontre, il est aussi nécessaire de projeter une vision spécifique durant chaque formation afin d’aider les membres à franchir les différentes étapes du processus[17].

Aussi, ce serait une erreur de voir la méthode T4T comme une simple série de leçons. Cette méthode est beaucoup plus qu’une formation intellectuelle, elle vise à ce qu’un nouveau converti, ou une personne déjà croyante, soit rendue capable, dans un très court laps de temps, de témoigner de sa foi et de démarrer de nouveaux groupes dont les membres seront formés pour reproduire le même schéma processus de multiplication. La méthode T4T est un outil presque idéal pour engendrer et former de nouveaux disciples formateurs qui engendreront et formeront de nouveaux disciples formateurs….qui engendreront et formeront de nouveaux disciples formateur...etc.[18] C’est par ce processus de formation, à travers les 7 étapes habituelles d’une rencontre, qu’une réaction en chaîne de conversions et de croissance peut se produire.

Lorsqu’ils se trouvent dans un contexte culturel particulier, il est conseillé aux évangélisateurs/formateurs de faire certaines adaptations. Mais cela doit être fait sans en éliminer les principes fondamentaux de la méthode.

Un des éléments à ne pas changer, selon Steve Smith, est le déroulement des rencontres. Il doit sans faute contenir au moins quatre des sept parties d’une rencontre habituelle : le suivi, la vision, la pratique, les buts et la prière. La vision de former des formateurs qui forment des formateurs doit aussi demeurer ainsi que celle de concevoir l’appel de tout chrétien comme étant celui de suivre Jésus et de devenir des pêcheurs d’hommes. Les leçons ont à rester simples et transmissibles et le parcours être conçu pour aider les membres à passer d’une étape de cheminement (ou de croissance) à une autre[19]. Enfin, le processus de formation doit être centré sur la Parole de Dieu, efficace et reproductible par les nouveaux convertis.

S’il est nécessaire d’avoir des leçons facilement transmissibles, ce sont aussi les visons pour chaque formation (4e partie de la formation) qu’il est important de rendre simples et transférables ainsi qu’une façon efficace et adaptée au contexte de présenter la bonne nouvelle du salut. Cette présentation doit amener ceux qui l’entendent à accueillir Jésus comme Sauveur et Seigneur (faire un acte de foi).

Un autre élément incontournable dans la méthode : les questions de suivi lors des rencontres (3e partie de la formation). Il devrait y en avoir pour chaque niveau d’engagement : Les évangélisateurs : « À qui avez-vous témoigné? Ont-ils fait un acte de foi? ». Les  initiateurs : « Avez-vous commencé à les former dans le même processus? ». Les formateurs : « Est-ce que les personnes évangélisées évangélisent? ». Les formateurs de formateurs : « Est-ce les personnes évangélisées forment les personnes qu’elles ont elle-même évangélisées? ».

Enfin, selon les auteurs, la méthode T4T peut être efficace dans n’importe quel contexte culturel même s’il faut parfois compter sur un temps d’adaptation. Steve Smith invite les lecteurs, et ceux qui entendent parler de la méthode T4T, à relever le défi de la croissance et en répondant aux questions suivantes : Durant les trois prochains mois, combien prévoyez-vous former de personnes à la méthode T4T? Et à combien de personnes allez-vous donner votre témoignage? Devenez, dit-il, une personne qui ne se contente pas d’écouter mais qui en arrive à mettre en pratique ce qu’il entend. Dieu a un cœur pour sauver l’humanité et il veut travailler par vous pour arriver à ses fins[20].

Les informations qui ont servi à écrire cet article sont tirées du livre de Steve Smith et de Ying Kai: T4T: A Discipleship Re-Revolution (WIGTake Resources, LLC. Kindle Edition 2011) et du site internet « Church Planting Mouvements : Best Practices from Across the Globe » (http://www.churchplantingmovements.com/).

 


[1] Cf. Smith, Steve; Kai Ying (2011-09-21). T4T: A Discipleship Re-Revolution (Kindle Location 436). WIGTake Resources, LLC. Kindle Edition.

[2] En 2001, lorsqu’il commença son apostolat avec cette nouvelle méthode, 20 groupes de maison (églises de maison) virent le jour en deux mois; dans les six prochains mois, 327 groupes furent formés et 4 mille personnes furent baptisées. Dans l’année qui suivit, 908 groupes de maison furent créés et il y eut 12 000 baptêmes. L’année d’après vit la création de 3 535 nouveaux groupes et les baptêmes de plus de 53430 personnes. Les premiers mois de 2002 engendrèrent 9 320 nouveaux groupes et 104 542 personnes se firent baptiser. À la fin de la troisième année, 15 000 nouvelles églises de maison virent donc le jour et il y eut plus de 160 000 baptêmes. En 2005, la méthode permit de former 15193 nouveaux groupes de maison et 153625 personnes se firent baptiser.

[3] En anglais : “Trainers for Trainers”.

[4] Cf. Steve Smith et Ying Kai, op. cit., Kindle Location 1053-1054.

[5] Cf. Ibid., Kindle Location 1290-1292.

[6] Le nouveau converti est une personne qui vient tout juste de faire un acte de foi pour accueillir Jésus comme son Sauveur et Seigneur (2Pi 3 :18) après avoir entendu le témoignage et l’annonce du kérygme par un chrétien.

[7] Un petit groupe peut contenir seulement deux ou trois personnes.

[8] Il arrive parfois que les membres amènent les nouveaux convertis dans leur propre groupe, mais ils sont alors invités et accompagnés pour commencer, dans les semaines qui suivent, un nouveau groupe avec ces nouveaux croyants.

[9] La formation peut se donner aussi comme un cours particulier s’il n’y a que deux personnes dans un groupe.

[10] Pour des détails sur chacune des parties, voir le livre de Steve Smith et Ying Kai,T4T: A Discipleship Re-Revolution. WIGTake Resources, LLC. Kindle Edition, 2011.

[11] La première, deuxième, troisième et quatrième partie forment le premier tiers de la rencontre et durent en tout 40 minutes. La cinquième partie constitue le deuxième tiers et dure aussi 40 minutes. La sixième et septième partie forme le troisième tiers de la rencontre et dure de même 40 minutes. Steve Smith explique que dans le premier tiers (pastoral) le groupe regarde en arrière, dans le deuxième tiers (la leçon), il regarde en haut et dans troisième tiers (la pratique), il regarde en avant.

[12] Il est a noté que dans les pays de mission qui utilisent la méthode T4T les nouveaux convertis se font e n général baptiser seulement quelques jours, quelques semaines ou quelques mois après leur premier acte de foi. Il y a donc des baptêmes qui ont lieu lors des formations. Cela ne va pas sans rappeler la pratique baptismale des premiers temps de l’Église relatée dans les Actes des Apôtres (Actes 2:41; 8:6-13; 8:36-38; 9:18-19; 10:47-48).

[13] Il est à noter que les personnes qui deviennent des formateurs de formateurs ne sont en général pas celles que nous soupçonnons. Les chrétiens de longue date sont souvent moins efficaces que des nouveaux convertis. Ceci s’explique parce les chrétiens de longue date connaissent moins de personnes éloignées de Dieu et qu’ils sont occupés dans d’autres tâches d’Église. Et puisque seulement un petit pourcentage des personnes évangélisées devient des formateurs, il est important de viser à former le plus de personnes possible afin de trouver le plus de formateurs possible.

[14] Cf. Steve Smith et Ying Kai, op. cit., 2307-2313.

[15] Cf. Ibid., Kindle Location 2572-2573.

[16] Cf. Ibid., Kindle Location 2578-2579.

[17] Cf. Ibid., Kindle Location 2922.

[18] Cf. Ibid., Kindle Location 1302-1303.

[19] C’est-à-dire de l’accueil de Jésus comme Sauveur et Seigneur (l’acte de foi), à l’évangélisation de l’oïkos, à l’enseignement des leçons reçues, à la formation d’un nouveau groupe, et à la formation de nouveaux évangélisateurs pour qu’ils puissent reproduire le même processus.

[20] Cf. Steve Smith et Ying Kai, op. cit., Kindle Location 4646.


[1] Cf. Smith, Steve; Kai Ying (2011-09-21). T4T: A Discipleship Re-Revolution (Kindle Location 436). WIGTake Resources, LLC. Kindle Edition.

[2] En anglais : “Trainers for trainers”.

[3] Cf. Steve Smith et Ying Kai, op. cit., Kindle Location 1053-1054.

[4] Cf. Ibid., Kindle Location 1290-1292.

[5] Le nouveau converti est une personne qui vient tout juste de faire un acte de foi pour accueillir Jésus comme son Sauveur et Seigneur (2Pi 3 :18) après avoir entendu le témoignage et l’annonce du kérygme par un chrétien.

[6] Un petit groupe peut contenir seulement deux ou trois personnes.

[7] Il arrive parfois que les membres amènent les nouveaux convertis dans leur propre groupe, mais ils sont alors invités et accompagnés pour commencer, dans les semaines qui suivent, un nouveau groupe avec ces nouveaux croyants.

[8] La formation peut se donner aussi comme un cours particulier s’il n’y a que deux personnes dans un groupe.

[9] Pour des détails sur chacune des parties, voir le livre de Steve Smith et Ying Kai,T4T: A Discipleship Re-Revolution. WIGTake Resources, LLC. Kindle Edition, 2011.

[10] La première, deuxième, troisième et quatrième partie forme le premier tiers de la rencontre et dure en tout 40 minutes. La cinquième partie constitue le deuxième tiers et dure aussi 40 minutes. La sixième et septième partie forme le troisième tiers de la rencontre et dure de même 40 minutes. Steve Smith explique que dans le premier tiers (pastoral) le groupe regarde en arrière, dans le deuxième tiers (la leçon), il regarde en haut et dans troisième tiers (la pratique), il regarde en avant.

[11] Il est a noté que dans les pays de mission qui utilisent la méthode T4T les nouveaux convertis se font e n général baptiser seulement quelques jours, quelques semaines ou quelques mois après leur premier acte de foi. Il y a donc des baptêmes qui ont lieu lors des formations. Cela ne va pas sans rappeler la pratique baptismale des premiers temps de l’Église relatée dans les Actes des Apôtres (Actes 2:41; 8:6-13; 8:36-38; 9:18-19; 10:47-48).

[12] Il est à noter que les personnes qui deviennent des formateurs de formateurs ne sont en général pas celles que nous soupçonnons. Les chrétiens de longue date sont souvent moins efficaces que des nouveaux convertis. Ceci s’explique parce les chrétiens de longue date connaissent moins de personnes éloignées de Dieu et qu’ils sont occupés dans d’autres tâches d’Église. Et puisque seulement un petit pourcentage des personnes évangélisées devient des formateurs, il est important de viser à former le plus de personnes possible afin de trouver le plus de formateurs possible.

[13] Cf. Steve Smith et Ying Kai, op. cit., 2307-2313.

[14] Cf. Ibid., Kindle Location 2572-2573.

[15] Cf. Ibid., Kindle Location 2578-2579.

[16] Cf. Ibid., Kindle Location 2922.

[17] Cf. Ibid., Kindle Location 1302-1303.

[18] C’est-à-dire de l’accueil de Jésus comme Sauveur et Seigneur (l’acte de foi), à l’évangélisation de l’oïkos, à l’enseignement des leçons reçues, à la formation d’un nouveau groupe, et à la formation de nouveaux évangélisateurs pour qu’ils puissent reproduire le même processus.

[19] Cf. Steve Smith et Ying Kai, op. cit., Kindle Location 4646.